dimanche 12 septembre 2010

Un super dimanche

Rien de mieux qu'un super dimanche comme celui-ci.

Levée à 7h30.
P'tit dèj à 8h: Loulou a été cherché les croissants en trottinette (c'est son sport de la semaine)
8h39: je démarre ma matinée, Loulou s'occupe des filles (qui se sont réveillées à 10h)
8h50: sur zone à la Broc du Bouffay. NUL NUL NUL
9H05: direction la place Zola pour la broc de la Saint Clair. YES YES YES, 200 exposants, 90% de particuliers, YESSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS

YES YES YES

Une très belle moisson. Si vous avez lu le post Jalouse, vous devez savoir que j'aime les pois. Ce fut comme une gifle, un électrochoc, it should be MINE.
Comment aurais-je pu résister. COMMENT!!!!????
Des pois, des pois, des pois, toujours des pois. Est-il possible que je m'en lasse?
Oui forcément... un jour peut-être.
Enfin voici l'objet tout neuf de ma convoitise:

Et parce que me faire plaisir c'est aussi faire plaisir à mon porte-monnaie: payé 1 euros!

Et puis aussi pour Minouche je n'ai pas résisté à cette petite nana qui semblait me chanter : "moi qui ne suis qu'une poupée de plastique et de chiffon, je voudrais que l'on m'achète pour de bon" (un classique de chantal goya mais que je semble la seule à connaitre d'ailleurs il n'est même pas édité sur le cd de Marie-Rose)
Elle est miiignonne (pour 0.50 euros) avec sa tenue rétro:


La pignata n'est pas en reste puisque je lui ai dégoté une petite paire de chausson en cuir à 1 micro euros et OF COURSE avec des pois et qui sont IMPEC (on ne change pas une maman qui gagne):



Et enfin un petit plaisir 2 livres de Alain Grée: La montagne et la rivière, un dessin typique des année 60 (1966 pour être exact). Voici une illustration:




Mais ma journée continue, il fait BEAU, il fait CHAUD ("et la vie coule comme une chanson, aussitôt qu'une fille est aimée d'un garçon". Cloclo). Retour au camp de base à 11h15. On mange presque rapidement et 13h42 direction la PLAYA. L'eau était excellente, la pignata a écrasé (ronflé) pendant tout l'après-midi, Minouche s'est trouvée des copines... c'est tellement silencieux du côté de notre serviette qu'on se demande si on n'est pas redevenu un couple sans enfants (la taille de guêpe en moins!).
Le vent s'est levé, les hurlements des filles aussi surtout quand on a décidé de rentrer. MAIS ça fait partie du folklore du dimanche à la plage.
Sur le retour nous avons gouté aux bouchons nantais (pas celui du muscadet... dommage!) durant lesquels mon esprit s'est égaré sur le menton de Minouche, en cause: la menace d'une coulée de glace (achetée à Pornic) sur sa robe ou sur le siège auto qui se profilait (rassurez-vous aucun mal de ce côté là) et mes prières pour que la Pignata continue de dormir tranquillement puisque l'idée de n'être qu'à 29 km de Nantes et déjà dans les bouchons n'augurait rien de bon si jamais la Pignata se mettait à hurler!

Mes prières ont été entendues, le retour à la maison s'est fait sans encombre. Épuisées de la journée les filles se sont éteintes à 20h30 sans un mot, un cri ou un pleur.
VICTOIRE!

C'est notre 1er dimanche soir PEINARD!


1 commentaire:

  1. Cool! La baignade était bonne aussi au petit pérello!

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre:
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) En dessous de Choisir une identité, cocher Nom/URL
3) Saisir votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquer sur Publier