mardi 23 septembre 2014

Step 1, step 2, step 3, step 4 ou step 5?

*** Attention POST en mode Sabordage ou comment perdre 300 abonnés en une seule fois ***

A-
Il y a quelques semaines (mois?) je suis tombée sur un documentaire très intéressant sur le phénomène boys band, comment ils étaient montés de toutes pièces et ce qui a fait leur succès... Bon je savais presque déjà tout ça et j'ai regardé pour les images d'archives.  Un des premiers de ce star system pur marketing c'était The Monkees dans les années 60. D'ailleurs tu ne sais peut-être même pas de qui il s'agit. Je vais te rafraîchir la mémoire car si tu as des enfants qui aiment les ogres tu as entendu la version "modernisée" de I am a believer.
Ces young boys étaient pour ainsi dire adulés! Oui bon les goûts de l'époque... mais je ne vais pas jeter la pierre. Dans ce documentaire ils y sont tous passés. De quoi te renvoyer en pleine poire ta propre jeunesse et tes goûts plutôt spéciaux. Tordant.

B-
Cet été, dans ma phase spéléo j'ai retrouvé deux gros cartons de CDs... avec toutes les compils des années 90: "A nous les hits" hé oui...

C-
Et puis hier, au détour d'une conversation avec Minouche, nous parlions de vacances, et elle me disait qu'elle aimerait aller en Egypte. Bon choix de destination, non? Je lui ai dit que j'y étais allée avec son Pop et sa Granny quand j'avais 8 ans et qu'il devait y avoir des photos chez eux. "Des photos avec le Sphinx?" Et bien difficile à dire, peut-être que oui. Et hier soir (23h30), je me suis demandée si je n'avais pas une photo chourée dans l'album familial. Escalade du bureau, couche de poussière sur la boite "souvenirs Charlotte" et Banco! Aussi j'ai pu lui montrer le "vrai" Sphinx comme elle dit... sans doute qu'avec moi devant cela fait plus vraisemblable. (j'adore ma fille)
(maman, je sais que ce n'est pas bien de piller les albums photos de la famille mais c'était il y a au moins 15 ans, il y a donc prescription)
Bon je m'égare un peu, c'était pour te dire que dans ma boîte à souvenirs il y a des trésors d'enfance et surtout des trésors d'ado! J'ai gardé tous mes agendas, cahiers d'amitié, invitations, cartes d'étudiante, carte de bus, et cie...
Et dans le cahier de texte de 3ème. BAM! le truc qui te pète à la tronche et qui te renvoie plus de 20 ans en arrière. J'étais... fan... des... New Kids On The Block. Oui! Mon agenda de l'époque est truffé de photos d'eux! OMG!
Preuve à l'appui:



Alors forcément j'ai eu envie de réécouter quelques titres, en particulier Step by Step, et de là il n'y avait plus qu'un pas à faire pour avoir envie d'en parler ici. Et tu sais quoi... à 37 ans... je ne sais toujours pas qui je préfère entre step 2, step 4 et step 5? (je ne connais pas les noms des interprètes, tu m'excuses)
Step 2: celui à la touffe que t'as envie de tirer (pardon je m'égare) : "there's so much we can do" (hum hum)
Step 4: le minus avec sa coupe au bol et frisettes (lui en fait je crois que c'est par solidarité pour sa méduse que je l'aime bien)(une coupe au bol avec des frisettes c'est champignon atomique)(et puis il est petit comme moi): "I can give you more" (c'est cela oui, c'est cela)
Step 5: beau gosse avec la coupe de cheveux impec!: " Don't you know that the time is arrived" (AAAAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaah iiiiiiiiiIIIIIIIIIIIh prends-moi)(pardon)


Et toooâââ? tu préfères lequel? (meet me at 02:41)






(avoues... t'as chanté le refrain?)

vendredi 19 septembre 2014

ce + ci = ceci

Tu connais ma passion pour la chine donc je ne développe pas.
Tu connais ma passion pour les trucs vintage donc je ne développe pas.
Tu connais ma tendance à entasser des trucs chez moi donc je ne vais SURTOUT pas développer. (et tendre une grosse perche à Loulou)
Tu sais que je préfère coudre des accessoires donc je ne développe pas non plus. 
Ou si, un peu.
En fait, lorsque je couds - tu ne le sais peut-être pas - c'est que je souhaite d'abord répondre à un besoin. Par exemple, je ne vais pas coudre une housse à iphone parce qu'il y a un "top tuto" et que j'ai un "top tissu exprès pour". Non, parce que j'ai déjà une coque iphone. Tout cela pour dire que très souvent quand je me lance dans quelque chose c'est pour répondre à un besoin. Seulement voilà, parfois, le temps s'étire tellement que d'un coup d'un seul le besoin devient impérieux. En gros c'est: "NOW or NEVER".  Comme tous les 6 mois je me mets en quête de draps pour notre lit et je passe peut-être 3 soirs a arpenter la redoute, les 3 suisses et cie. Et j'oublie de valider mon panier. Mes emplettes 2.0 ne me coûtent pas chers en général: je ne valide pas mon panier! (way of shooping very efficace!) Bref, en Août, j'avais envie d'une nouvelle parure de draps, j'ai perdu une soirée à regarder les sites et je me suis dit que j'étais trop conne car après tout j'ai une pile de draps chinés qui attendent que je leur offre une seconde vie. Je me suis donc lancée en mixant un vieux draps blanc et un drap "so vintage". J'aime d'amour ce dernier, surtout qu'il était dans un état irréprochable: couleurs non passées et aucun accro. On le croirait sorti de l'emballage. Rajoutes qu'il est de très bonne qualité. Et puis les motifs trop yeah! Les couleurs carrément Fresh: blanc, mint, bleu clair, vert, bleu, et même une pointe de mauve... (tu as peur?) Bref, à la conception rien de compliqué hormis qu'il faut quand même beaucoup de place pour découper un drap et que je n'avais pas intérêt à me planter dans le métrage. Une face pour chaque drap. La seule fantaisie c'est que j'ai réalisé des fentes de 15 cm dans le haut de chaque côté car c'est plus pratique pour enfiler la couette.
Comme j'avais encore assez de mon tissu vintage j'ai également réalisé 2 taies assorties. In fine: j'adore, je kiffe! J'aime avoir sous les yeux en permanence ce que j'ai réalisé (même si je ne passe pas ma journée au lit)(je te jure). Je te montre les photos dans un instant mais il faut d'abord que je te parle de la réaction de Loulou, il a fait un grand "HA!" en découvrant la parure sur notre lit... qu'en conclure? C'est tout simple: "ce que femme veut..."




Oui je sais ça pique les yeux ce motif mais j'avais envie de d'un truc qui pète! 
Je ne suis pas le seule à qui cette parure plait!




lundi 15 septembre 2014

Monsieur Canvas: je t'aime!

Je vous plante le décor. En juin dernier, d'une manière ou d'une autre, je me suis retrouvée sur la page facebook de Monsieur Canvas. L'ouverture est prévue prochainement et le peu d'images que je vois me séduit. Je suis d'autant plus séduite par le concept 100% français. Impression sur toile d'art 100% coton, montage artisanal sur cadre en bois et l'utilisation d'une palette de couleurs pigmentaires. Bref j'étais à fond. Là vous êtes entrain de vous dire que je suis entrain de vous servir un billet sponsorisé. Et bien: NON!

Vous aurez remarqué que j'ai choisi sur mon blog de ne pas faire de publicité. C'est un choix personnel car j'assimile cela à de la pollution visuelle, il y a assez de pub sur les murs de nos villes et à la TV pour s'en rajouter une couche sur les blogs. Enfin, ce n'est pas le débat (d'ailleurs il n'y a pas débat). Je suis parfois contactée pour tester ceci ou cela, souvent (voir même très souvent) je dis non.  Probablement parce que ce qu'on me propose n'a aucun rapport avec mon blog ou avec mes centres d'intérêt. Pour vous donner un exemple concret, on m'a proposé de tester des comprimés boostant vitaminant pour les lendemains de fête ayant une formule spécifique pour les femmes entre 35 et 45 ans. Alors là je n'ai même pas répondu parce que 1) je ne bois presque pas d'alcool (te marres pas derrière ton écran) 2) la dernière fois que je me suis mise minable c'était il y a 8 ans (d'un coup vous me trouvez moins drôle) et 3) motherfuckerkissmyass&suckmydick. Bref, je n'étais pas dans le cœur de cible pour être polie (ouais trop tard je sais).

Donc pour revenir à Monsieur Canvas, j'étais tellement séduite par le concept 100% français que pour la première fois de ma vie de blog j'ai pris ma plume pour les contacter et leur proposer de parler d'eux, que je n'attendais pas forcément une contrepartie parce que je trouvais le concept top et que je passerai commande anyway (et je trépignais parce que le site n'était pas encore ouvert). J'avoue que je suis très mal à l'aise quand je demande quelque chose, alors c'est vraiment que cela me plaisait. Et Monsieur Canvas - toi que je sais si beau avec ta moustache et ta marinière derrière ton écran - tu m'as offert bien plus. Sachez-le tout de même - ça fait parti du charme - vous pouvez importer les photos de votre ordi, de votre compte facebook ou d'instagram. J'ai choisi de faire imprimer une photo d'instagram en 50x50. Le délai de réception après commande a été plutôt rapide donc bon point. Le colis ULTRA BIEN protégé. Donc très bon point. Un magnet Monsieur Canvas: "toi tu sais ce qui plait aux blogueuses hein!? coquin" (pssst: si tu veux péter le score, tu fais des totebags! succès garantis) . Le magnet c'est le point bonus. Et puis forcément le cadre: UNE TUERIE. Des couleurs réellement exceptionnelles. Toutes les promesses sont tenues. Je suis enchantée et toute la famille aussi. Monsieur Canvas, merci pour ce magnifique travail. Bon c'est vrai que la photo est belle (intermède ou je me passe de la pommade) mais quand même les couleurs rendues sont éclatantes. Alors évidemment, je ne peux QUE vous conseiller Monsieur Canvas pour vous même ou pour offrir. Moi c'est tout vu, il y aura de beaux châssis sous le sapin de Noël.

Voici le cadre en situation, un mur nu, il lui fallait bien cela avec ses dimensions et sa couleur. Aucune retouche sur l'image ici, le rendu est parfaitement fidèle. Aucune triche.







 Et sinon les filles: n'hésitez pas à soutenir une entreprise qui démarre et qui fait du 100% français!

jeudi 11 septembre 2014

Tourner, plier, coller

L'hiver dernier Nathalie d'Abracadacraft s'est rendue sur un salon de loisirs créatif je ne sais plus trop où... mais elle était... heu...  hystérique! Si moi je vends un rein pour du tissu, croyez moi elle ne se contient plus quand il s'agit de papier et scrap en tous genre.
"mais je ne lui jette pas la pierre, Pierre"
Tout cela pour dire que la liaison téléphonique était assez mauvaise, si bien que j'ai entendu: "tu veux tester le quilting?" j'ai dit "ah ouais mais carrément" Sauf que biensur j'avais mal entendu-perçu-interprété-décodé. Non en fait il s'agissait de QUILLING. Kesako? Ha ben justement aujourd'hui sur Abracadacraft je vous explique  de quoi il s'agit, comment on fait, de quel matériel on a besoin. Pour résumer:: c'est ultra simple!
Il aura quand même fallu que je me documente un peu sur la technique, sur ce qui se fait en général et puis sortir ensuite quelque chose de mon cerveau qui ne part pas toujours au quart de tour. Je dois dire que j'ai vu beaucoup de réalisations en quilling et certaines sont vraiment très élaborée. Je ne me serai jamais doutée qu'avec des bandelettes de papiers on pouvait donner du relief et de la profondeur à un collage. Ainsi le test est devenu un challenge car ce n'est jamais évident de s'adapter à une technique qu'on ne connait pas et d'essayer d'en sortir quelque chose. Ici en l’occurrence deux créations: un nuage et ses gouttes dans un tambour de broderie, et ... une paire de boucles d'oreilles. 
Sans préambule je vous montre mes réalisations. Pour les détails rendez-vous sur Abracadacraft.









mardi 9 septembre 2014

ça c'est fait

On reparle un peu des machins trucs muches en souffrance. Bon là je ne suis pas fière, dans la mesure ou on parle de 4 années de souffrance pour faire un truc vraiment tout simple. Mais j'ai une excuse assez potable et je suis certaine que vous serrez de mon avis. 
Il y a 4 ans j’emménageais à Nantes. Première école pour Minouche. Ecole qui à peine quelques jours après la rentrée annonçait le vide-école de l'ancienne école primaire puisque primaire et maternelle avaient été rassemblés ensemble dans un nouveau bâtiment. La perspective de chiner dans une école est assez séduisante à vrai dire donc j'étais au garde à vous en temps et en heure pour saisir les bonnes affaires. Bref, là-bas j'avais trouvé une règle en bois de maîtresse dont je me sers toujours pour mesurer mon tissu et surtout un rail d'un mètre cinquante de porte-manteaux. J'étais toute folle. Loulou beaucoup moins... j'aime pas... nia nia nia... Je savais que je finirai par avoir gain de cause un jour. L'étape un c'est toujours l'envoi d'ondes négatives. Mais le soucis c'est que toutes les fois que j'étais motivée pour en faire quelque chose, il suffisait que je mette un orteil dans la cave pour me souvenir que je devais déplacer le trois quart des merdes reliques trucs juste devant (planche à voile, 2 ou 3 surfs, caisses de fringues, malles, vélos). A croire que le rail de porte-manteaux avait été "jeté" au fond de la cave. Inaccessible. 
Heureusement que la spéléo de cet été a permis de le ressortir. Bon entre-temps je m'étais équipée en porte-manteaux (clic-clic) donc il n'y avait qu'un pas pour que Loulou me dise que "vraiment je ne vois pas ou? pour quoi faire? on jette"  Ça c'est l'étape "tapis" ou un mec mise tout ses jetons sur la poubelle jaune aka celle du recyclage. Mais: Vade retro Satanas!
Néanmoins, 7 patères cela fait long donc il faut avoir le mur qui va bien ce dont je ne dispose pas, à moins de le poser à la vertical à 2m30 du plancher... mais non finalement, comme je n'habite pas la maison de Mr Hulot ça n'aurait pas vraiment fonctionné. Par contre une chose était certaine, si je voulais les voir un jour sur mon mur, je devais faire une concession (genre) et là j'ai opté pour la réduction. Réduction pour un mec c'est surtout l'occase de faire péter sa scie sauteuse: "il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux..." C'est l'étape fun aussi connue sous: "quand je bricole, j'oublie tout". Et puis le fait qu'il y mette sa Touch l'aide à parcourir le long chemin vers l'étape de la résignation acceptation.
Donc au final un rail d'environ 1m, repeinte (ouahhhhh c'te custo de folie) dans une peinture gris bleu (plus bleu que grise en fait) de chez carrouf' parce que j'avais la flegme d'aller chez Leroy. Nous l'avons posé dans notre chambre (nous = je dis où poser et Loulou pose parce que JE NE SAIS PAS planter un clou)... et verdict -je vous le donne en 1000 - "ça fait bien en fait"...  Bon donc pas grand chose d'excitant (navrée pour cette fois) juste des porte-manteaux mais que je voulais vous montrer puisque qu'ils se révèlent très pratiques pour montrer les cousettes à venir. Et puis après 4 ans d'attente mes patères avaient bien le droit à leur quart d'heure de gloire! (je suis une femme respectable qui tient ses promesses)(oui je parle aux objets que je chine)


Dédicace à Paups pour son châle que j'aime d'amour / Cintre love is in the air (clic-clic)


Pause invisible! Loulou est plus fort que "sans clou, ni vis"


Souffrance: 4 ans




mercredi 3 septembre 2014

4 ans et un message pour toi

Si tu as été attentive, je te tutoie parfois. Excuses moi cette marque de familiarité mais aujourd'hui cela fait quatre ans que je partage avec toi des bouts de ma vie. Donc on peut considérer qu'on a consommé ensemble de manière virtuelle. C'est comme une sorte de communion si tu préfères (et si tu es fidèle). Non non je ne vire pas spirituelle et promis ici je ne vais pas te faire un tuto pour un tapis de yoga. C'est juste que voilà, cela fait quatre ans aujourd'hui. C'est bizarre. Enfin disons que ça me fait surtout bizarre à moi. C'est surprenant de se dire qu'on partage un peu, beaucoup, passionnément et parfois à la folie sur un écran d'ordinateur. Le constat est simple, en quatre année j'ai beaucoup écrit (je ne te parles pas du nombre de post mais du nombre de lignes). Mais au delà de l'écriture ce qui en ressort c'est le partage.  Et toi aussi tu partages avec tes commentaires. Heureusement d'ailleurs car tu connais la réplique: "c'est pas bien de ne pas partager, c'est pas bien" (amis publivores je vous salue bien!) Alors la blogo en 4 ans, c'est bien simple, je n'en ai pas encore fait le tour. Tant de merveilleuses choses à voir encore et encore. Des univers. Des pépites. Des liens. Des copines. Des bonnes rigolades. J'apprécie beaucoup mes balades sur la blogo, source d'inspiration et aussi d'apprentissage. Oh bien sur il y a les techniques de coutures et bricolages en long large et travers. Mais on en apprend également beaucoup sur la nature humaine. Quand on lit un article de blog, quand on lit les commentaires des articles, on distingue un peu les gens. Non pardon, on les imagine. C'est un exercice passionnant. Perso je me demande souvent à quoi tu ressembles et si tu voudrais prendre un café avec moi.  (comme c'est pour les 4 ans du blog, je t'invite)(j'ai dit un café pas une coupette) Ah je te l'avoue j'aurai trop peur de te saouler de paroles. Oui parce que tu sais la blogo c'est un peu comme un site de rencontre, tu échanges, t'as le feeling, tu fantasmes imagines et 6 mois plus tard (t'es timide) tu rencontres un mec qui te parle de constellations toute la soirée et tu te fais bien chier. Tu as perdu ton temps et tu n'as rien retenu vu que tu as noyé ton désespoir dans l'alcool. (c'était l'époque avant les smartphones, soit tu clopais, soit tu buvais pour passer le temps). Mais bref! ce que j'essaye de te dire c'est que le plus chouette c'est de dépasser le virtuel ou en tous les cas de ne pas t'y enfermer. 

Tu aura remarqué que je publie moins. En partie parce que créer et écrire pour Abracadacraft, c'est chronophage et surtout je me mets la pression pour proposer des idées et les DIY accessibles à tous. Bon il faut dire aussi que Nathalie a des objets de torture dans son bureau, et des fois... - je te le dis à toi... - elle me fait peur. Mais ce n'est pas la seule raison, il se peut aussi que j'ai moins de choses à dire/écrire/montrer. Et je ne vais pas parler/écrire/montrer pour rien (qui a dit "sans dec'??!!"). T'inquiètes Loulou s'est bien chargé de se moquer de moi quand je lui ai dit ça. Et enfin, cette année j'ai eu l'impression que la blogo marchait parfois sur la tête: des disputes, des chamailleries, des moqueries, des ricanements, des dénonciations le plus souvent calomnieuses, des jalousies, de l'hypocrisie, de la flagornerie. Oui oui je t'assure cela existe vraiment. Même sur Instagram. Ces comportements ont au moins le mérite de me faire prendre du recul et malheureusement de moins poster (puisque je reculais). Et in fine je pense que la blogo attitude "je fais ce que je veux avec mes cheveux" ne récolte qu'une tête de noeuds... 

Du coup c'est l'occasion pour t'expliquer les bases de mon blog. Il y a la foi (bisounours) et les lois (commandements):
1) se marrer 
2) à condition que ce ne soit pas au détriment de quelqu'un d'autre (sauf Loulou mais c'est l'amour vache) 
3) partager 
4) ne pas parler de politique 
5) Toujours toujours finir par une note PO-SI-TI-VE
6) ne pas confondre le blog avec Duel à Ok Corral 
7) répondre aux questions dans les commentaires ou aux mails, en particulier quand on me demande de l'aide (comment tu fais, blogger hotline, je ne comprend pas...) 
8) Ne pas se prendre la tête
9) rester soi-même 
10) rendre à César ce qui est à César (sauf la Gaule)
Alors tu vois, ces 10 points c'est tout bête mais c'est juste le pied, parce que c'est comme cela que je me sens bien sur mon blog. Et j'apprécie grandement tous les blogs qui ont la même philosophie. Par contre, je te rassure, si on prend un café ensemble on pourra quand même dauber un peu, je ne suis pas une sainte.

Bon je ne veux pas te filer le bourdon! hein! Haut les coeurs c'est Mardi Tacos!!! (yihaaaa)(oui on est mercredi) On passe aux réjouissances: déjà je te claque la bise pour te remercier pour tous tes commentaires auxquels je ne réponds pas vraiment, mais... tu sais c'est sans doute que tu me coupes la chique à chaque fois et que je ne vois pas vraiment ce que je pourrais rajouter de plus. :-) Non sérieusement, je le répète encore: blogger ne me permet pas de te répondre directement par mail. Cette année, je ne vais pas te dire: "promis je vais répondre à tous les com à partir de NOW" , c'est mort, je me connais trop à force. Mais saches que j'apprécie VRAIMENT et que toi aussi tu me fais marrer! 
Je pense que arrivé à ce stade la Dame du Canal est à deux doigts (ou trois) de péter sa pile avec ce post à rallonge et je l'imagine bien se dire "mais c'est quand la fin, bordel !??!!"... Aussi - parce que je me préoccupe de ses nerfs - j'en viens (enfin) au fait : pour les 4 ans du blog plus le million passé cet été, je te propose une dotation d'enfer! Je ne te dis pas ce qu'il y aura dans le paquet... mais crois moi tu ne seras pas déçue, loin de là... Je ne montre rien. Pourquoi? Parce que d'une part tout n'est pas fini et ensuite parce que j'aime beaucoup faire durer le suspense.

Comment on gagne? Tu postes un commentaire sous cet article et uniquement ici. Tu peux partager si tu veux sur ton blog ou sur ta page facebook, sur IG... mais ta participation n'est valable qu'ici et une seule fois, avec un seul commentaire. C'est plus simple pour faire les comptes! 

Il se peut que tu n'arrives pas à me laisser un commentaire. C'est soit parce que:
 1) tu as une adresse mail yahoo
2) tu utilises un iTruc 
3) ton navigateur n'aime pas blogger et blogger ne l'aime pas non plus. (essayes chrome, IE ou firefox)
Alors tu t'accroches et tu tiens bon. 

Blogger - bien lourd dingue - n'affiche pas plus de 200 commentaires donc si on dépasse les 200 com et que tu ne vois pas ton com s'afficher, surtout ne paniques pas et respires par le nez, moi je vois les commentaires au delà de 200 sur le back-office. Donc keep calm, ta participation sera prise en compte.

On joue jusqu'au 24 septembre.

Voilà! Tout est dit pour une fois! 
Merci encore et je te souhaite 
bonne chance pour le tirage au sort!

mardi 2 septembre 2014

Recadrer

Si tu as bien lu mon avant-dernier post, tu as compris que cette été j'ai fait un stage de spéléologie dans la cave. J'ai jeté énormément de choses ou si tu préfères vraiment beaucoup de choses. Enfin jeté, noooooonnnn, j'ai donné à Emmaüs. Faire le tri, c'est salvateur mais aussi très salissant - aucun rapport avec le propos mais j'avais envie de le dire - et permet de faire un point sur sa vie (oui Mâââdame avec moi c'est tout de suite les grands mots) et pour le moins de se dire: "Merde qu'est-ce que j'entasse!" d'autant que la cave n'étant pas la pièce que je fréquente le plus, je dirai loin des yeux loin de la poubelle. Généralement lorsque j'y mets un pied c'est 1) pour prendre les vélos 2) pour entreposer ce qui m’embarrasse, l'option 2 étant la plus usitée: entasser loin des yeux de Loulou c'est peut-être un des facteurs qui fait perdurer mon couple. Ceci étant lorsque nous (moi+Loulou) avons vidé la cave, je ne pouvais pas me dérober avec une pirouette telle que: "de quelle structure de paravent me parles-tu?" parce que pour le coup elle était là! Bien là! Oui celle achetée il y a 5 ans dans l'idée de la restaurer pour l'offrir à ma sœur étudiante sans le sou mais qui ne l'est plus désormais (étudiante et sans le sou). Bref, ma voisine a bien essayé de me dire: "mais si tu peux le faire" mais non, en fait non... hop jaille! Ces découvertes quasi archéologiques de ma to-do-list: "hoooooo un transat motif Ariel la petite sirène tout moche-taché-dégueu à restaurer qui doit dater d'il y a 6 ans..." ont au moins le mérite de m'avoir donné un coup de fouet (aieuh!) et l'idée un peu saugrenue - pour ne pas dire folle - de laisser un peu de place dans mon quotidien à tous les projets qui attendent depuis des lustres. Donc désormais, je noterai à la fin de mes posts en tout petit la mention suivante: "en souffrance depuis..." Une sorte d'auto-pénitence mais aussi un leitmotiv. Cela concernera tant les projets couture que les décos et cie.

Pour inaugurer ma résolution, j'ai décidé de commencer par te montrer le porte-bijoux que j'ai réalisé. Xrrrr-Ziiiiiiiiiiiiii-Crrrrrrrrrriiiiiiiii-Ouizzzzzzzzzzzz Non pardon... En fait le porte-bijoux c'était le projet initial. J'avais chiné un grand cadre qui avait encore son fond mais plus le verre, parfait pour me réaliser un porte-bijoux en nid-de-poule. Là si tu suis bien, tu te dis que c'est finger in the nose: hop tu déroules, hop tu fixes avec ton agrafeuse de folaïe, hop hop hop. SAUF que... si tu relis la précédente phrase, tu trouveras l'adjectif: "grand"... grand comment? Genre 60x80 en arrondi et là... ça fait beaucoup de nid-de-poule. Nid-de-poule qui je te le signale est vendu enroulé, bien serré et qui lorsque tu le déroules ne s'échappe pas au travers d'une pièce comme un rouleau de papier toilette... Non là c'est fourbe. Exemple: par inadvertance tu n'as pas placé un poids assez lourd pour maintenir l’extrémité de ton "grillage tout choupinet qu'il est", tu continues à dérouler mais c'est plus fort que tout, ça te vire le poids et ça te revient dessus et ça se plante dans ta main. Tu hurles. Bon tu peux aussi avoir de la chance ou des réflexes qui te font enlever ta main au moment propice... Bref, le nid-de-poule a un petit côté sauvage. Okayyyyy. Bon j'en viens à bout après quelques jurons. Mais il n'est absolument pas plane et j'ai beau le tordre et le déformer dans tous les sens, mon morceau est clairement trop grand, maléable, déformable pour être travaillé comme je l'imagine.
Arrivé à ce point - et Loulou confirmera - je boude! 
Je balance mon nid-de-poule parce que je suis heu... un peu énervée. Pour être précise, je ne l'ai pas balancé, je m'en suis servi pour protéger mon pied de vigne des griffes du chat. Et là tu te demandes quel est le rapport avec la choucroute. Il n'y en a pas, c'est juste que je veux que tu saches que je ne gaspille pas le matos!
Bon donc après avoir boudé, je suis restée prostrée devant mon cadre. Bien sur que j'avais une solution de rechange mais la décision était difficile à prendre. Mais on a qu'une seule vie et je n'aurai pas assez d'un mausolée si on doit m'enterrer avec mon tas de tissus, donc j'ai sacrifié un de mes précieux coupons de Linna Morata... Tu sais ceux en cubes 3D toujours en réassort (mourance), et ici précisément: le cubik moutarde, bleu gris, ciel. Le porte-bijoux était donc en chemin pour devenir un pêle mêle. So what? Je le rembourre de ouatine, je plante des clous de tapissier dans du ruban que je mets en travers... soupirs. Et bien non j'ai opté pour le risque. Tu vas te dire au final que j'abuse mais si je me plantais je l'avais dans l'os (pour rester polie). J'ai peint à la bombe noir le cadre. Puis j'ai encollé le tissu directement sur le fond du cadre. Oh yeah! Bon je fais ma maligne mais tu sais la colle à reliure (puisque c'est celle que j'ai utilisé) est à prise rapide, donc: 1) mon tissu a intérêt à être droit, 2) je ne dois pas déposer trop de colle sinon ça traverse et bon je ne te fais pas un dessin et 3) je dois maroufler mais pas trop, mais il faut quand même chasser les bulles d'air mais sans trop appuyer et non je ne peux pas enlever le tissu pour recommencer puisque c'est à prise rapide et que ça se verra forcément. L'autre soucis était que je ne connaissais pas vraiment la réaction du tissu à la colle à reliure, est-ce que cela s'étire comme c'est le cas du papier en reliure et est-ce que cela se rétracte au séchage.
Au final après 24h de séchage, le résultat était très satisfaisant. Ensuite, j'ai tendu et fixé de la cordelette de lin ciré (brico dépôt) à l'agrafeuse au dos du cadre Puis j'ai remis le fond. Des petites pinces à linges en bois grises et tadaaaaaaaaaaaam.






Je suis au final très très satisfaite du résultat. Nous l'avons placé dans la cage d'escalier dont les murs sont encore vides (j'ai plus de 4m de plafond). Le pêle mêle accueillera je pense des photos mais aussi des petits mots (doux?). Comme je ne me suis absolument pas vautrée pour cette réalisation, mon coupon de tissu Cubik est encore assez généreux pour m'offrir quelques plaisirs. 




Projet en souffrance depuis 18 mois; et puisqu'il attendait son heure: tissu en souffrance depuis le 31/12/2012 (on a l'esprit de conservation ou pas)